Intermodalité, jour deux

Aujourd’hui, vacciné par la pluie de la veille et une courte nuit, je laisse la trottinette au bercail. Je ne me déplacerai qu’avec les transports en commun et mes pieds. Sans sessions de « ride », c’est nettement moins passionnant, c’est pourquoi je me contenterai de quelques anecdotes.

The Voice, à l’arrêt de bus…

Alors que je suis tranquillement en train d’attendre, j’entends un bourdonnement se rapprocher de moi. Étant du côté de la pub de l’abribus, je ne vois pas ce qui s’approche de moi aussi bruyamment. Un homme d’un soixantaine d’années pointe son nez et sa voix, il chante tranquillement. Je ne reconnais pas la chanson mais j’ai envie de rire parce que ce n’est pas fameux. Quelque chose me chatouille le nez, c’est son odeur, il est 6h30, il est tôt et il pue déjà…je plains ceux qu’il croisera…

Dressing et salle de bain…dans le métro !

Elle monte dans la rame, son gros sac à main Vuitt*n sous le bras. Elle s’assoit. Elle est d’apparence « normale ». Elle sort son petit miroir de poche et se maquille doucement les yeux. Quelques instants plus tard, elle enlève sa ballerine droite et elle sort de son sac un escarpin à haut talon et le chausse. Elle saisit sa ballerine gauche et l’échange avec le deuxième escarpin.

Elle s’occupe maintenant de ses cheveux, faisant un chignon impeccable tout en étant ballotée par le roulis du métro. Puis arrive le rouge à lèvres, dans un geste parfaitement maîtrisé elle colore ses lèvres en rouge vif, assorti à son vernis à ongles. Tout ça en moins de trois stations, elle quitte alors le métro en femme fatale, la métamorphose a eu lieu sous mes yeux en moins de deux !

Voyager dans le temps…

Sur le quai du RER C, j’attends mon train… Il paraît que c’est une ligne à problèmes… L’écran indique que le train arrive dans 9 minutes, je m’assois. Je lève les yeux vers l’écran : 8 minutes à attendre. Les gens passent et l’écran affiche 7 minutes d’attente. Je scrute les faits et gestes de chacun et l’écran me joue un vilain tour : 9 minutes. La Doloréan est en route !

Je soupire doucement, pas le choix, et je me demande comment c’est possible. Je jette un coup d’oeil pour voir si un incident est mentionné : temps d’attente 4 minutes. Comme le temps passe vite ! Ravis et impatient, je regarde à nouveau l’écran : 6 minutes ! J’abdique et je cesse de le reluquer, j’attends et quand le train sera là, je montrai dedans…

Vis ma vie…

Assise à côté de moi, elle téléphone à sa mère. Elle lui balance tout ce qu’elle a fait aujourd’hui, sa visite d’appartement, son boulot, ses amours. Elle raconte tout à sa maman, c’est mignon pour une trentenaire ! Mais du coup, elle me balance tout aussi !

Je sais tout de sa vie, sa paie, son futur loyer, quasiment son adresse et qu’elle présentera son chéri à maman le weekend prochain. Me voilà projeté dans la vie alors que je n’ai rien demandé. Elle quitte la rame sans même dire au revoir, c’est malpoli après ce qu’on vient de partager non ?

Je vais dormir…

 

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s