J’ai assisté au vernissage de Richard Orlinski

Tout a commencé par une notification Instagram sur mon téléphone, le compte officiel de Richard Orlinski vient d’aimer un de mes commentaires.  Qu’ai-je bien pu lui écrire pour que l’émotion gagne sa community manager au point de se laisser aller à montrer ses sentiments ?

Tout simplement ça : 

Avouez que ça fait son petit effet non ?

J’ai participé à un concours lancé sur son compte Instagram afin d’assister à la présentation de sa nouvelle oeuvre inédite et rencontrer l’artiste. Aimant particulièrement « ses animaux », je ne me suis pas fait prier et Ô joie, j’ai gagné !

Samedi 2 juin

Me voici dans le très chic XIIIème arrondissement de Paris, au 68 du Faubourg Saint Honoré. Le rendez-vous est à 15h, il est 14h30 et j’arrive devant la galerie Orlinski. Il y a déjà une cinquantaine de personnes qui attendent en plein cagnard et maintenant moi aussi.

Nous entrons dans la galerie, les œuvres sont toutes là, j’ai envie d’en ramener une ! Un ours polaire blanc d’environ 1m80, gueule ouverte, qui serait très bien dans mon salon. Bien évidemment, je n’essaie pas d’en connaître le prix.

Nous nous entassons dans ce petit espace, je ne sais pas combien nous sommes, en revanche c’est très « convivial ». N’y aurait-il pas un peu trop de monde ? Les serveurs nous proposent petits fours et boissons, pendant que nous nous agglutinons devant la sculpture recouverte d’un drap noir.

15h30

Richard Orlinski arrive enfin, il prononce un bref discours et demande de découvrir l’oeuvre. Le rhinocéros rouge apparaît sous nos yeux, enfin sous nos yeux derrière les 125 smartphones qui photographient, snapchatisent ou instagramisent la bête. Il faudra se rapprocher pour l’admirer.

C’est un bien joli rhinocéros mais ce n’est pas mon animal préféré. L’ours, le loup et le lion restants dans le haut de mon classement.

La suite de ce vernissage est digne d’une aventure d’Indiana Jones. Etape 1, traverser la galerie bondée pour accéder au photo call afin de garder un souvenir impérissable de mon passage en ce lieu. Etape 2, traverser à nouveau pour aller récupérer les cadeaux à l’attention des participants. Etape 3, accéder à l’escalier qui nous mènera à l’artiste : Richard Orlinski.

Les deux premières étapes furent laborieuses mais néanmoins accomplies avec succès. Concernant la troisième étape, j’ai abdiqué. C’était un peu l’épreuve des poteaux de Koh-Lanta : planté debout sous la chaleur sans bouger, après tout ce temps à attendre, je n’avais plus la patience. Dommage Richard, tu n’as pas pu me rencontrer ! 🙂

18h00

C’est en marchant sur les Champs-Elysées que je prends l’ampleur de ce que j’ai vécu : le vernissage d’un artiste que j’apprécie et mondialement connu. J’espère vraiment pouvoir vivre ça à nouveau avec Richard Orlinski. Même si je n’ai pas pu le rencontrer, il m’a donné l’image de quelqu’un d’accessible et sympathique. Par contre, je l’imaginais bien plus grand que ça 🙂

A bientôt pour une nouvelle oeuvre ou simplement visiter cette galerie pleine d’œuvres que j’aime.

Publicités
Publié dans Divertissement, Loisirs | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

J’ai quitté Android pour iOS

Android-to-iOS

Préambule…

Mon aventure dans le monde de la téléphonie mobile a démarré avec un Siemens B615 de Bouygues Telecom, j’avais 18 ans. En 2009, j’ai eu mon premier smartphone sous Android après une période sous (le laborieux) Windows Mobile. L’iPhone premier du nom était tentant mais hors de portée de mon budget.

Il était une fois Android

Débutée avec un HTC Hero, l’aventure Android passera par le très réussi Nexus S de Samsung et Google. Puis j’ai succombé au charme du Galaxy S3 et après un furtif passage avec un HTC One A9, je suis revenu chez Samsung : S5, A5, S7 et le magnifique S8 !

820335

Selon moi, le S8 est le plus beau téléphone de Samsung. Son écran incurvé a la définition dantesque, l’autonomie est était parfaite ainsi que des photos magnifiques de jour comme de nuit. Bravo !

Après dix années sous Android, je gère la configuration de mes smartphones en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Gestion des paramètres, optimisations diverses pour augmenter l’autonomie, synchronisation des comptes et récupération des messages. En moins d’une heure, chaque nouveau téléphone est opérationnel et utilisable sans perte. La classe non ?

Avec le S8, j’ai l’impression d’avoir atteint le Nirvana du smartphone Android.  Réactif, beau et puissant, je me prends pour un photographe en devenir tellement les clichés sont beaux. De nuit c’est encore mieux, je me suis autoproclamé le roi de la photo « by night ».

Le chemin de croix des changements de versions Android

Le fait d’avoir le flagship d’un constructeur comme Samsung fait que votre téléphone est voué à recevoir la mouture suivante d’Android. Ainsi un S8 sorti avec Nougat recevra Oreo, selon le bon vouloir de Samsung bien évidemment.

Le constructeur a respecté son engagement en déployant Oreo sur le S8. À chaque mise à jour majeure, je me demande si je fais bien parce que chaque mise à jour détruit l’autonomie de mon smartphone. On ne change pas une équipe qui gagne, Samsung a dégradé mon S8 avec sa mise à jour.

oreo

J’ai bien tenté de revenir en arrière en flashant l’ancienne rom avec l’outil ODIN mais le mal est fait. J’ai perdu le magnifique smartphone que j’appréciais tant, la coupe est pleine !

Croquer la pomme 

Ma décision est prise, je bascule du côté de la pomme dont on m’a tant vanté la fiabilité. J’opte pour l’iPhone X et son immense écran. Après un S8, difficile de revenir à un smartphone sans un grand écran. Ai-je pris la bonne décision ? Vais-je m’en sortir ?

iphonex

J’ai déjà un iPhone 6 pour mon travail, je suis donc un peu habitué à l’ergonomie Apple. La qualité matérielle est au rendez-vous, cet iPhone X est vraiment beau ! Il m’avait tapé dans l’œil lorsque je l’avais vu dans les mains de certains.

Je créée mon compte Apple, je connecte mon compte Gmail, j’installe une application de transfert de données pour retrouver mes SMS et mes photos sont sur Flickr. Mis à part les multiples validations de sécurité Apple, la mise en route se passe bien et j’ai récupéré toutes mes données sur l’iPhone. Je suis ravi !

Mettre une sonnerie personnalisée est une gageure , il m’aura fallu quasiment deux jours pour trouver quelle manipulation faire avec iTunes et l’iPhone. Heureusement que je ne souhaite pas changer de sonnerie tous les deux jours.

Après quelques jours, je ne regrette pas d’avoir migré et je trouve cet iPhone X vraiment plaisant. Les gestes mis en place en remplacement du bouton disparu sont naturels. On s’y fait vite et son utilisation est agréable.

Un mois et demi plus tard

Les jours ont passé et je suis toujours aussi fan de cet iPhone X. Je comprends pourquoi beaucoup ne jurent par Apple tant les menus et actions sont intuitifs. Même avec toute la bonne volonté des constructeurs de smartphones Android, c’est bien plus facile à faire avec un iPhone.

Face ID est juste génial ! Très réactif et pratique (les notifications sur l’écran verrouillé ne s’affichent que pour moi) je ne peux plus m’en passer. C’est nettement mieux que la reconnaissance d’empreintes Android ou Apple qui fait souvent des siennes.

L’encoche tant décriée n’est pas du tout gênante et surtout cet iPhone X a une autonomie a faire pâlir un Android a grosse batterie. En utilisation intensive (très intensive) je finis une journée avec 40% de batterie restante, je suis ravi !

Globalement séduit par cet appareil et iOS, je reste néanmoins un peu déçu par les photos. Le S8 était vraiment meilleur, surtout de nuit. Le transfert de photos vers un autre appareil non Apple n’est pas possible. Je ne l’utilise pas souvent c’est vrai mais le jour où j’en ai besoin, ça m’agace un peu d’avoir à passer par le cloud ou des mails.

Je remarque aussi que les applications sont plus jolies sur iPhone, mieux finies et plus fluide. Je pense que ceci est dû à un cahier des charges plus rigoureux et au nombre de modèles à rendre compatibles limité.

iPhone-6-iphone-6-plus-I-love-iPhone-Citrusbits-Mobile-App-Development-Company-San-Francisco.png

Conclusion

Ce changement d’OS créait une petite appréhension en moi mais finalement tout s’est bien passé. Ce ne fut pas du tout compliqué et j’ai su apprivoiser la pomme pour en apprécier la qualité et sa facilité.

Certains points sont mieux chez Apple que chez Android mais la réciproque est vraie aussi. Ils ont chacun leurs points positifs et négatifs. Seule votre utilisation et votre ressenti vous permettra de choisir.

Ce qui est sûr c’est que, pour le moment, je suis vraiment content d’avoir changé d’OS et mon quotidien avec iOS semble bien parti pour durer.

Si vous avez des questions ou même besoin d’aide pour basculer d’un OS à l’autre, n’hésitez pas à me solliciter dans les commentaires.

Publié dans Techno | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

J’ai testé OPnGO

Qu’est-ce que c’est ?

OPnGO est une application mobile qui vous permet de payer votre stationnement dans la rue et/ou de pré réserver une place dans un parking public payant. Bien évidemment cela nécessite un partenariat entre OPnGO et la commune ou la société de parking public.

La pré réservation permet de bénéficier d’une réduction sur le tarif du stationnement en parking. Le stationnement en rue, quant à lui, peut être prolongé à distance sans avoir besoin de revenir à la voiture.

Sur le papier, ça semble pratique et rentable. Je me décide donc à tenter l’expérience !

Épisode 1, pré réservation d’une place

Un matin tôt, je réserve une place pour l’après-midi. Je choisis une plage d’une heure trente que je paie d’avance au prix d’une heure au tarif normal.

J’ai préalablement saisi ma plaque d’immatriculation et ma carte bancaire dans l’application. En moins de cinq minutes, tout est réglé : mail de confirmation et réservation présente dans l’application.

A l’heure dite, j’avance ma voiture vers la barrière et j’attends que la caméra lise la plaque pour m’ouvrir la barrière en « mains libres ». Rien ne se passe…

Je scanner sur la borne le QR code présent dans l’application, adieu le mode mains libres, et…suspense…rien ! Ayant rendez-vous, je prends un ticket parce que personne ne répond à l’interphone (j’ai déjà payé je vous rappelle).

Au retour impossible de sortir en mains libres, je dois payer avec mon ticket. Stationnement payé deux fois, c’est révolutionnaire n’est-ce pas ?

Après contact sur Twitter, OPnGO me répond qu’il y a eu un bug chez Indigo et crédite mon compte de 4€ pour la gêne occasionnée. Je suis en quelque sorte remboursé. Le service client est réactif, c’est bien et largement mieux que la borne Indigo car personne n’a jamais répondu.

Cette première tentative est un échec…

Épisode 2, la pré réservation, le retour

N’étant pas rancunier, j’ai retenté l’expérience OPnGO. Si je suis fou ? Non, simplement envie de tester ce que je pense être pratique.

Cette fois je réserve la veille pour être sûr. Le jour J, j’avance avec appréhension vers la barrière et la magie opère (ou plutôt la technologie). J’accède au parking en mains libres et j’ai un code pour l’accès piéton.

Le retour à pied au parking se passe bien, j’ai accès à tout. Je récupère ma voiture et la sortie ne rencontre pas de problème. Il s’agit là d’une très bonne expérience utilisateur. J’espère que ce sera toujours ainsi.

J’ai payé une heure trente au prix d’une heure voire moins. Je suis parti avant le terme de ma réservation puisque j’avais prévu très large. Pour information, si vous dépassez l’horaire, vous paierez le supplément au tarif normal.

Conclusion

Quand ça fonctionne, ce service est vraiment intéressant et pratique. Le tarif est réduit et plus de soucis de tickets. J’attends l’épisode trois pour confirmer que cela fonctionne toujours aussi bien.

Le site OPnGO : https://www.opngo.com

Publié dans Techno | Tagué , , , | Laisser un commentaire

J’ai testé Amazon Locker

Qu’est-ce que c’est ?

Amazon Locker est un service proposé par…devinez qui…Amazon ! Il s’agit d’une nouvelle façon de récupérer vos commandes. Plus pratique, plus libre, plus rapide !

Il s’agit d’une grosse armoire d’un jaune « Amazonien » qui arbore un large sourire. Elle est composée de plusieurs casiers ainsi que d’un écran tactile et un petit scanner.

Ainsi vous ne dépendez pas d’un point de retrait et de ses horaires d’ouverture. Libre à vous d’y aller quand bon vous semble fonction de votre planning. Attention cependant, le délai de stockage de votre commande est un peu réduit. Dans mon cas, j’avais cinq jours pour récupérer mon colis.

Comment ça fonctionne ?

Vous faites comme d’habitude sur Amazon, vous zonez, hésitez puis commandez le produit dont vous n’aviez pas forcément besoin 😋 Lorsque vous choisissez votre option de livraison, il est temps d’opter pour le « locker ». Essayez ça ne fait pas mal !

Amazon vous enverra un code pour ouvrir votre casier lorsque celui-ci sera doté de votre colis. Il ne restera plus qu’à vous rendre devant ce fameux locker. Le miens répond au doux nom de « Soupir ». Et ouais, ils ont des noms ! Ainsi je connais le nom de mon locker Amazon mais pas celui des commerçants qui font relais colis. C’est moche non ? 🤔

Soit vous scannez l’email soit vous taper le code sur l’écran tactile. A peine de temps de reprendre mon souffle et le casier est déjà ouvert (si vous êtes en voiture, ne vous garez pas trop près sinon bye-bye la peinture). Vous récupérez le colis, fermez le casier et partez.

Conclusion

Rapide, simple et efficace ! J’adore et j’adhère. J’entends déjà les « antis » brandir l’épée 🗡 de la relation humaine en tentant de mutiler mon appréciation. Sincèrement, quand on va chercher son colis, on veut le colis et non nouer une nouvelle relation d’amitié avec le-la commerçant-e.

Ce qui noue des relations c’est la politesse, le respect et l’ouverture d’esprit. Ne pas se tromper de combat.

Bref, je recommande chaudement ce moyen de récupérer les colis, c’est vraiment pratique.

Amazon en parle ici : https://www.amazon.fr/gp/help/customer/display.html/?nodeId=201910660

Publié dans Loisirs | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

J’ai testé Villages Nature Paris

Pour février, pas de vacances à la montagne ! Nous avons opté pour un séjour à Villages Nature Paris. Mais Quèsaco ?

Nature et Paris sont des termes que bien peu de personnes marient habituellement. Paris doit se résoudre à n’être qu’une métropole polluée et grise que les autochtones fuient à la moindre RTT autorisant un weekend prolongé.

En congés, nous avons donc fui à seulement 32km de Paris (dixit la brochure, je n’ai pas vérifié le compteur). Juste à côté de Disneyland Paris, le groupe Pierre & Vacances s’est associé à Disney pour bâtir un complexe à la « Center Parcs ». Point de plagiat puisque Center Parcs fait partie du groupe Pierre & Vacances.

Adeptes du Center Parcs Bois aux Daims, nous étions impatients de tester l’union du monde merveilleux de Mickey avec la détente et le calme de Center Parcs.

Le parc

Facile d’accès, il suffit de prendre la sortie Parcs Disney sur l’A4 mais d’aller ensuite à l’opposé des parcs. Vous arriverez alors sur la grande entrée avec les guichets auprès desquels vous récupérerez la(les) clé(s) de votre cottage ou appartement.

Le parc est assez étendu mais les distances à pieds sont convenables. Nous n’avons pas loué de vélos puisque nous étions sur place lorsque la neige a fait son apparition en quantité sur la région parisienne.

Contrairement à Center Parcs, on trouve des appartements. Des immeubles aux couleurs pâlichonnes s’étendent tout au long de la promenade du lac. C’est le cœur du parc, c’est là qu’on y trouve les commerces et activités (restaurants, bowling, boutiques…). Je ne suis pas fan du style de ces immeubles, je les trouve tristes et ils font massifs.

C’est encore assez dépouillé, la végétation n’est pas encore à son apogée. La signalisation n’est pas non plus fournie, accrochez vous pour trouver la bonne allée et vous repérer. Il vous faudra encore plus de courage la nuit, les éclairages étant disposés avec parcimonie. Imaginez un trajet de nuit et sur neige et/ou verglas…épique…

Cet endroit est tout jeune (moins de six mois), il n’est pas terminé et n’est pas mature. Avec le temps je pense qu’il sera plus agréable de s’y détendre.

L’hébergement

Nous étions cinq adultes, nous avons opté pour un cottage pour six personnes. Il y a trois niveaux d’hébergements : Comfort, Premium et VIP. C’est à cette dernière catégorie qu’appartenait notre cottage.

La décoration était vraiment soignée et on s’y sentait bien dès les premiers instants. Au rez de chaussée, nous avions le salon avec terrasse, une cuisine, un WC et une chambre pour deux personnes. A l’étage, une chambre avec un lit king size et sa salle de bain avec baignoire à remous et douche massante, une chambre pour deux personnes et une seconde salle de bain avec toilettes.

Le cottage était suffisamment grand pour ne pas nous sentir empilés les uns sur les autres. Nous étions au calme et nous avons pu profiter tranquillement. Il a fait bon y vivre toute cette semaine même si nous avons rencontrés quelques aléas assez désagréables.

Un soir, le système d’ouverture de porte était HS, impossible d’entrer dans le cottage. La clé est un bracelet type NFC a passer devant un capteur sur le mur. Le capteur était en rade (plus alimenté) donc la porte ne s’ouvrait pas. Il neigeait très fort, il faisait froid et nous avons dû appeler la maintenance pour qu’on nous envoie quelqu’un.

Bilan : un membre de la sécurité nous a ouvert et il a vu qu’un fusible avait disjoncté (capteur entrée, frigo, micro-ondes et TV raccordés dessus). Nous avons remis en service et j’ai récupéré les clés physiques du cottage pour ne pas revivre cette expérience.

Ce même fusible a sauté trois fois durant notre séjour, celui des lumières de l’étage par deux fois. La porte d’entrée ne fermait pas bien. En moins de six mois, cela fait beaucoup de choses qui ne vont pas, que se passera-t-il dans cinq ou dix ans ?

Les activités

Les conditions météorologiques ont eu une certaine incidence sur les activités possibles. Ainsi notre journée à Disneyland a dû être reportée du fait d’un manteau neigeux conséquent. Nous nous sommes alors repliés sur une partie de bowling : 50 minutes pour 32€, peu importe le nombre de joueurs. Le bowling et ses équipements sont récents, il est joli et nous avons eu la chance d’y être en heures creuses.

Nous avons fait une partie et demi avant que l’écran ne nous indique de nous diriger vers l’accueil. Une façon pratique et maline de réguler le flot de vacanciers qui veulent jouer. Frustrant pour ceux qui sont en pleine partie, il faut avouer que c’est un bon moyen de contrôler le temps de jeu et garantir le respect des horaires.

L’autre activité principale était l’Aqualagon : un espace aquatique chauffé (mais pas trop…Brrrr…) avec piscines intérieures, extérieures et pas moins de sept toboggans qui raviront petits et grands.

Les adultes que nous étions furent ravis de descendre à toute vitesse les pentes sinueuses de ces tubes géants, parfois sur des bouées en duo ou solo, parfois sans. Frissons et rires assurés pour notre petit groupe. Le rocket est à faire au moins une fois pour voir ce que ça fait et le lifter est réservé aux petits gabarits pour plus de plaisir. Ils sont tous à essayer au moins une fois.

Point de rivière sauvage qui risqueraient de vous faire perdre vos dents au détour d’un virage mal négocié, seulement un petit parcours à fort courant qui vous fera avancer sans forcer.

Nous avons trouvé que la température de l’air dans l’Aqualagon n’était pas toujours suffisante et que nous avions régulièrement froid lors de nos déplacements, c’est dommage.

Bilan

Nous avons passé un séjour agréable à Villages Nature Paris. Les quelques couacs de notre cottage et les conditions météorologiques ont eu cependant quelques impacts sur notre ressenti. Ce lieu est encore jeune, il faut qu’il prenne de la maturité tant dans la logistique quand dans son paysage.

Encore dépouillé, il ne semble pas finalisé. La signalisation et les éclairages sont trop peu nombreux et la neige fut un lourd moment à gérer pour le personnel. Ce parc manque de magie, les couleurs des immeubles sont trop ternes pour nous en mettre plein la vue. Peut-être était-ce dû au ciel grisâtre mais je n’ai pas été happé comme je le fus au Bois au Daims.

Pour ceux qui souhaitent marier Disneyland et séjour de vacances, je pense qu’il s’agit d’un bon plan comparé aux tarifs pratiqués dans les hôtels Disney. C’est aussi un bon compromis pour les habitants de la région parisienne, la nature et la détente aux portes de la Capitale.

Si j’y retournerai ? A méditer…

Plus d’informations ici https://www.centerparcs.fr/fr-fr/france/fp_VN_vacances-domaine-villages-nature-paris

Publié dans Voyages | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

J’ai testé le Tile Sport

Qu’est-ce que le Tile Sport ?

Il s’agit d’un dispositif connecté permettant de retrouver vos objets égarés. De petite taille, vous pouvez l’accrocher à vos clés, le glisser dans votre sac ou votre portefeuille, le laisser dans une voiture, etc.

Grâce à l’application, on nous promet de retrouver plus facilement les choses auxquelles le Tile est accroché grâce à l’application.

Comment ça marche ?

Le Tile est connecté grâce au Bluetooth. Le modèle Tile Sport en ma possession a une portée de 60 mètres environ. Au delà, il ne peut pas être détecté par votre smartphone. Pas de connexion 3G/4G dans le Tile Sport, ce qui réduit fortement le champ des possibles au delà des 60 mètres de portée. Tile annonce que grâce à son réseau d’utilisateurs vous pourrez être alerté si votre objet est dans le rayon d’action d’un autre utilisateur Tile. Je demande à voir…

Si vous vous situez dans le rayon des 60 mètres, l’application vous indiquera si vous êtes proche ou non de votre Tile. Sachez que vous pouvez faire sonner le Tile afin de le repérer plus facilement. L’inverse est aussi possible pour retrouver votre téléphone égaré. Attention, tout ceci suppose bien évidemment que le bluetooth est activé sur votre téléphone et que vous êtes à portée du Tile.

Tile annonce que si votre téléphone et votre Tile sont connectés via le bluetooth et que la connexion entre les appareils se coupe alors l’application enregistrera la position géographique au moment de la coupure. Ainsi pour retrouver votre objet bien aimé, vous n’aurez qu’à vous rendre à cet endroit et commencer vos recherches avec l’aide de l’application.

Alors ? C’est bien ?

Sur le principe, ça a l’air pas mal. J’aimerais simplement pouvoir faire le test de l’objet retrouvé par un autre utilisateur alors qu’il passe près de mon Tile perdu. Quand je vois le temps que met mon téléphone pour se connecter à mon Tile alors que tous les deux sont éloignés de quelques mètres, j’ai des doutes quant à ce qu’un passant puisse détecter mon objet. Cependant, j’attends de voir ce que ça donnera.

Quid de ma batterie de smartphone si mon application passe son temps à scanner les objets bluetooth des environs ? 🤔

Je regrette qu’il n’y ai pas une fonctionnalité d’alerte si l’objet s’éloigne de moi. Par exemple, je suis dans le TGV et ma valise est dans le bloc au bout du wagon. J’aimerais être alerté si elle bouge ou s’éloigne de moi. Cette possibilité serait le top du top à mes yeux.

Parlons maintenant du sujet qui fâche, la durée de vie du produit. Le point non négligeable est le suivant : on ne peut pas changer la pile du Tile. C’est incroyable ! Tile annonce fièrement que son produit à une autonomie d’un an environ et ensuite il faudra le jeter au rebut, ça me laisse sur le cul… Quasiment 40€ pour un objet que je serai obligé de jeter dans un an. Sérieusement ?

Tile a pensé à tout, au bout d’un an vous pourrez en…acheter un nouveau mais moins cher en rendant le votre. Quelle bonté ! Les mecs sont balaises, ils ont créé un objet qui sera obsolète dans un an, pour continuer d’user de ce service vous remettrez la main à la poche (avec réduction) et rendrez votre ancien Tile. Les grands gagnants sont les créateurs : ils vendent, un an après ils vendent à nouveau, recyclent votre ancien Tile pour sans doute le remettre sur le marché de l’occasion.

L’idée était bonne mais le principe me déplaît fortement, d’autant plus que sans la fonction d’alerte éloignement, je trouve qu’il manque le petit plus qui permettrait de m’attacher à ce Tile.

Cet objet me laisse un goût d’inachevé et limite d’arnaque alors que l’idée de base était plutôt bonne.

Plus d’informations

Leur site : www.thetileapp.com

Vous trouverez des Tile un peu partout sur les sites de e-commerce et même dans des magasins physiques.
Article (malheureusement) non sponsorisé 😉

Publié dans Techno | Tagué , , , | Laisser un commentaire

J’ai testé Five Guys sur les Champs Elysées 

Pour bien commencer l’année 2018, j’ai testé un nouveau restaurant de burgers. Pour cela, direction « Five Guys » sur les Champs-Elysées.

J’entends déjà les puristes et fans inconditionnels me lancer : « Quoi ??? Le roi du burger c’est Burger King voyons ! »

Certes il s’agit sans doute du roi du burger mais je ne fus pas transcendé par la dégustation londonnienne effectuée quelques années auparavant. En tout cas pas au point de faire la queue dans une file d’attente digne de celle qu’on pourrait voir devant un Apple Store le jour de la sortie du sacro saint iPhone.

Me voici donc face à la personne en charge de prendre ma commande. Subtilité de « Five Guys », vous choisissez les garnitures que vous souhaitez avoir dans votre burger. Pour cela, rien de plus simple ! Vous commandez une « base » de burger : hamburger, cheesburger, etc… Vous y ajouter ensuite les garnitures parmi 15 ingrédients différents. Le prix de votre burger est fixe, pas de mauvaise surprise tarifaire.

Cette façon de composer votre met du jour vaut aussi pour les hot-dogs et sandwichs. J’ai opté pour un bacon cheeseburger et un hot-dog au boeuf.

Après avoir commandé, vous patientez vers la zone de retrait tout en regardant le personnel qui s’agite dans la cuisine ouverte. Les burgers sont faits à la chaine et j’avoue que pour un jour de grande affluence, l’attente ne fut pas si longue que cela. Les boissons sont à retirer à une fontaine, le choix est important et le gobelet assez grand. Il semble que les boissons soient à volonté.

Me voici maintenant attablé, prêt à déguster ce burger personnalisé. Il n’y a pas à dire, c’est vraiment bon. On ne dirait pas du caoutchouc, la viande est très bonne et les garnitures sont là. Je suis agréablement surpris. Le hot-dog au boeuf est vraiment très bon, nous sommes à des années lumières du hot-dof de fête foraines avec une knacki en plastique. J’ai très bien mangé, les frites auraient mériter d’être plus cuites, ça n’aurait pas fait de mal.

Je pense que je retournerai chez « Five Guys », ça me fait nettement plus envie que dans les autres chaînes de fast-food.

Publié dans Loisirs | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire